Archives du mot-clé ruines

L’équivalence des catastrophes : critique et clinique du capitalisme

Nancy, Jean-Luc (2012). L’équivalence des catastrophes (après Fukushima). Galilée.

Jean-Luc Nancy intitule son livre L’équivalence des catastrophes pour signaler l’absorption de toute catastrophe dans un régime général où toutes les sphères de l’existence de l’homme ont été transformées en valeurs d’échange. Marx, explique-t-il, a nommé l’argent « équivalent général », mais bien au-delà de la sphère monétaire ou financière, c’est grâce à elle et en vue d’elle qu’il existe un régime qui absorbe virtuellement tout ce qui a un rapport à la vie des hommes, en particulier le développement technique, qui serait précisément caractérisé par « la connexion d’une équivalence et d’une interchangeabilité illimitée des forces, des produits, des agents ou acteurs, des sens ou valeurs – puisque la valeur de tout valeur est l’équivalence » (16).

Cette équivalence renvoie donc à ce qu’il y a d’incommensurable et d’incalculable dans les fins et les moyens d’un tel système. Paradoxalement, la loi de notre civilisation, souligne Jean-Luc Nancy, serait, d’une part, l’incalculable du calcul lui-même (« l’incalculable de l’argent, de producteurs et de produits, de techniques et de profits, etc. » p. 53) et, d’autre part, la loi de l’incommensurable de la commensurabilité des fins de la « rationalité technique ». Ce dernier paradoxe renvoie non seulement à l’inhumanité des événements traumatiques du XXème siècle (guerres, désastres atomiques), mais aussi au flux interminable des fins et des moyens, ce qui compromettrait les valeurs et les sens dont la culture aurait besoin. En effet, les idées d’ordre, de régime, de hiérarchie et de rôle social, par exemple, apparaîtraient, dans ce contexte, en constante mutation, diversification, multiplication. Par conséquent, les valeurs et les sens deviendraient des résidus. En d’autres termes, dans un processus de réification constante ils seraient équivoques. Au philosophe de conclure que sous le principe de la résorption de tout dans l’équivalence générale, le sens et la valeur deviennent eux-mêmes catastrophiques.

En décrivant ce régime, Jean-Luc Nancy rencontre des anachronismes propres à notre culture. D’abord, la prééminence d’une classe sociale, la bourgeoisie, comme la seule à pouvoir contrôler une machine qu’elle avait servit. Ensuite, l’impossibilité de penser un individu désaliéné et émancipé de toute sujétion naturelle, économique ou idéologique. En outre, la volonté de distinguer nature et technique dans un contexte où cela semble impossible. Puis, la reproduction d’un inconscient technologique à travers une pensée environnementaliste, c’est-à-dire, la reproduction des fins et des moyens techniques liés à l’environnement à travers le développement infini de la technique même. Enfin, ce qu’il appelle la « Struction » : « la destruction par la voie d’une accumulation d’un amoncèlement privé d’assemblage » (61).

Ce cumul d’anachronismes définirait, d’une certaine manière, l’« après » que Jean-Luc Nancy utilise pour le sous titre de son livre. Un « après » qui est signe d’une rupture, d’un suspens du sens, d’une stupeur. Car il constate que cette société n’agit pas face à la catastrophe mais se contente de raconter, de penser, d’évaluer et d’organiser les traces de sa genèse et de son existence future. Comme si tout consistait à refouler l’existence du présent. Pour cette raison, Jean-Luc Nancy conclut son texte en affirmant une pensée du présent, opposée à celle de l’équivalence générale.

Penser le présent comme l’on pense l’inéquivalent, les singularités, non pas les individus ou les objets, mais « les surgissements, les venus et les départs, les voix, les tons –ici et maintenant, chaque fois » (p. 69). Il serait donc fondamental de concevoir le présent comme celui dont la fin est en lui-même et non plus dans une représentation eschatologique. Le présent a son propre but et sa propre cessation, il rend possible la rénovation des sens et des valeurs et non plus leur réification catastrophique.

Vidéos: « Perspectives d’historiens et de juristes »

 

Organisée par Géraldine GALEOTE et David MARCILHACY, membres d’ IBERHIS, « Perspectives d’historiens et de juristes » est la première journée d’études dédiée au sujet commun du CRIMIC: « Face à la catastrophe ». Nous avons enregistré quelques interventions avec le soutien d’Alejandro Izquierdo.

Voilà le parcours qu’on vous propose: d’abord Pedro Córdoba nous fait une introduction en matière, ensuite, Nancy Berthier lit la communication de Rafael Rodríguez Tranche sur l’iconographie des ruines laissées par la Guerre civile espagnole à Madrid, puis Géraldine Galeote présente la communication de Javier de Lucas, qui approfondit, du point de vue des études de droit, le rapport entre la catastrophe, la philosophie politique, plus précisément, la philosophie de la reconnaissance, et la désobéissance civile en l’Espagne récente, enfin, Severiano Rojo nous parle de l’idée de catastrophe dans les discours de Sabino Arana, fondateur du nationalisme basque.

 

 

 


Pedro CÓRDOBA : « Le concept de catastrophe ou… par crimicvideo


Rafael RODRÍGUEZ TRANCHE: « Escenas de Madrid… par crimicvideo


Javier de LUCAS: España, la crisis como… par crimicvideo


Severiano ROJO: « La catastrophe comme… par crimicvideo

Dans cette communication, Severiano Rojo Hernandez revient sur la fonction de la catastrophe dans le discours de Sabino Arana (1865-1903), le fondateur du nationalisme basque. Il étudie, en particulier, les représentations de l’immigration que son récit identitaire véhicule. Severiano Rojo Hernandez démontre que la migration des populations castillanes en Biscaye à la fin du XIXe siècle constitue l’événement fondateur du nationalisme basque, la catastrophe originelle. Celle-ci conduit Sabino Arana à élaborer un récit fondé sur une rhétorique de l’altérité, où le Basque et la figure de l’immigré entretiennent une relation spéculaire, qui les rend indissociables et indispensables à la cohérence du projet nationaliste basque : la création d’un Etat indépendant et théocratique, une confédération réunissant les six provinces basques et la Navarre, une nation racialement pure, à l’abri des effets “pervers” de l’immigration et de l’industrialisation.