Archives du mot-clé Espagne

La mise en scène des émotions: Les images de presse espagnole : de l’effroi silencieux au cri politique fédérateur

Camille Lacau St Guily (MCF Paris-Sorbonne)Camille Lacau

Thème de la journée d’études du CRIMIC (14 février 2014) 

Face à la catastrophe : perspectives d’historiens et de juristes

            Introduction :

La catastrophe des attentats du « 11-M », perpétrés par le groupe terroriste Al-Qaïda, à Madrid, reçoit un traitement singulier dans la presse espagnole, notamment à travers ses images.

Ces attentats sont commis dans un contexte national particulier, dans la mesure où doivent avoir lieu, le dimanche 14 mars 2004, les élections législatives espagnoles. D’autre part, sur le plan international, l’Espagne est engagée dans la guerre en Irak, contre la majorité de l’opinion — le Parti Populaire, à la tête duquel se trouve encore José María Aznar, ayant opté pour l’alignement sur la politique extérieure du président américain républicain, Georges W. Bush. Dans ces conditions, l’enjeu des attentats pour le groupe islamiste consiste à faire pression sur les élections législatives, de punir l’Espagne pour cet engagement militaire et, par la terreur, de le rompre.

Une autre catastrophe est consécutive à celle-ci. Le PP, sentant qu’il risque de perdre les élections si les Espagnols découvrent l’identité des terroristes, s’emploie à leur mentir en faisant croire à la culpabilité du groupe séparatiste basque, ETA, l’une des bêtes noires d’Aznar notamment. Le PP « attente », d’une autre façon, contre la démocratie.

Or, l’émotion s’impose comme l’une des protagonistes dans la médiatisation de cette double catastrophe que représente « l’événement 11-M ». Et, l’émotion mise en scène dans l’image de presse, entre autres, n’apparaît pas comme une dégradation de la faculté de juger. Certes, Hume définit l’une des grandes émotions, la passion, dans le Traité de la nature humaine[1], comme un « mode primitif d’existence où je suis dominé » ; Kant l’envisage, lui, dans L’Anthropologie du point de vue pragmatique[2], comme « une inclination que la raison du sujet ne peut pas maîtriser, […] peu ou point disciplinable par la raison du sujet, […] qui ne permet pas dans le sujet la réflexion », signifiant par là une antinomie radicale de l’émotion et de la raison. Mais, ce que montre notamment la médiatisation de cet événement est que l’émotion peut être judicative, comme le dit Patricia Paperman, dans son article « Les émotions et l’espace public », « une prise de position par rapport à la réalité perçue et comprise en commun », « rendant publique l’adoption d’un point de vue évaluatif comme appréciation pertinente d’une situation »[3]. Et malgré les a priori que l’on peut avoir selon lesquels, comme le considère Annie Chalanset, dans un article intitulé « Du cri à la parole », « ni les larmes, ni les gémissements, ni les hurlements ne sont au départ et par nature ordonnés à la communication. Ils ne constituent nullement du dire mais plutôt du soupir »[4], ces expressions émotionnelles permettent l’expérience communautaire et nécessaire du deuil. À travers cet épisode, l’émotion, sous des modalités diverses (souffrance, passion, colère, indignation, rage), mise en scène par la presse espagnole, conquiert une acception peu conventionnelle, celle du pouvoir de juger, notamment de rejeter l’ignominie terroriste.

Par ailleurs, l’émotion se métabolise, cheminant d’un effroi silencieux et « forclos » (Jacques Lacan) au cri le plus puissant de contestation, cri politique, indigné contre le terrorisme et contre les manipulations d’un PP, prêt à tout pour gagner les élections. La médiatisation de la catastrophe par la presse espagnole, notamment à travers ses images, suit, comme l’analyse Paul Ricœur, dans Temps et récit, un rythme ternaire. En effet, selon Jocelyne Arquembourg, dans Le temps des événements médiatiques,

L’événement n’est pas un objet tout fait dans le réel, il ne devient tel qu’au terme d’un « trajet ». Il s’agit d’un parcours d’attribution de sens par des sujets que le désordre engendré par l’occurrence initiale perturbe en tant qu’elle crée une faille dans un ordre de sens. […] Paul Ricœur a montré que la mesure de l’événement obéissait à un rythme ternaire qui scande le temps de l’apparition d’une occurrence, celui de la demande de sens qui lui succède et celui de la consécration du fait qui est aussi sa dissolution dans le récit[5].

Ainsi, selon elle, reprenant cette idée de Ricœur, « un événement est un aboutissement. Il est rythmé comme une partition musicale à trois temps, le temps de l’émergence, celui de la demande de sens et celui de la reconnaissance »[6].

Après le temps initial, « illogique », que montre l’image et qui n’élabore pas de réelle médiation symbolique, où donc l’émotion est incapable de se déployer, une deuxième phase des récits écrit et visuel est mise en place par la presse : la métamorphose d’un espace ou scène publics en théâtre national de l’expression émotionnelle. Trois entités rendent particulièrement compte de ce processus de mise en émotion de la scène publique espagnole : l’émotion des familles de victimes, du peuple espagnol, enfin de la famille royale. L’émotion supplée alors au silence et peut jaillir. La fameuse phrase de Spinoza — « Non ridere non lugere neque detestari sed intelligere »[7] — perd de sa véridicité devant la puissance du cri, cri d’émotion, mais cri judicatif et dénonciateur. Enfin, la presse espagnole, dans la dernière grande phase du récit, dès le jour des élections législatives, le « 14-M », met en image la colère des Espagnols contre la désinformation ; une opposition se met en place, notamment dès le « jour des portables », à la veille des élections, contre les manipulations du Parti Populaire, accusé de désinformer l’opinion publique. L’émotion, médiatisée par la presse, est une puissance de refus et non l’expression de pulsions primaires et archaïques ; elle se fait prise de position « politique » par rapport aux événements, et surtout vecteur de la politisation d’un peuple.

Plan de la communication :

  1. I.               Le temps de l’émergence : l’impossible « production de sens » ou la compression de l’émotion
  2. II.             Publication de la souffrance, salvatrice et reconstructrice d’un espace commun
  3. III.           Colère et Indignation contre la désinformation du Partido Popular 

[1] Hume, Traité de la nature humaine, Paris, Editions Garnier Flammarion, 1991.

[2] Kant, L’Anthropologie du point de vue pragmatique, Paris, Vrin, 1964.

[3] Patricia Paperman, « Les émotions et l’espace public », Quaderni, n°18, CEMS, 1972.

[4] Annie Chalanset, « Du cri à la parole », in Deuils. Vivre, c’est perdre, collection Autrement, Série Mutations, n°128, mars 1992, p. 149.

[5] Jocelyne Arquembourg, Le temps des événements médiatiques, Paris, INA, de Boeck, 2003, p. 28.

[6] Ibid., p. 49.

[7] Spinoza, Traité de l’autorité politique, § 4.


Camille LACAU ST GUILY: « Le déploiement des… par crimicvideo

Vidéos: « Perspectives d’historiens et de juristes »

 

Organisée par Géraldine GALEOTE et David MARCILHACY, membres d’ IBERHIS, « Perspectives d’historiens et de juristes » est la première journée d’études dédiée au sujet commun du CRIMIC: « Face à la catastrophe ». Nous avons enregistré quelques interventions avec le soutien d’Alejandro Izquierdo.

Voilà le parcours qu’on vous propose: d’abord Pedro Córdoba nous fait une introduction en matière, ensuite, Nancy Berthier lit la communication de Rafael Rodríguez Tranche sur l’iconographie des ruines laissées par la Guerre civile espagnole à Madrid, puis Géraldine Galeote présente la communication de Javier de Lucas, qui approfondit, du point de vue des études de droit, le rapport entre la catastrophe, la philosophie politique, plus précisément, la philosophie de la reconnaissance, et la désobéissance civile en l’Espagne récente, enfin, Severiano Rojo nous parle de l’idée de catastrophe dans les discours de Sabino Arana, fondateur du nationalisme basque.

 

 

 


Pedro CÓRDOBA : « Le concept de catastrophe ou… par crimicvideo


Rafael RODRÍGUEZ TRANCHE: « Escenas de Madrid… par crimicvideo


Javier de LUCAS: España, la crisis como… par crimicvideo


Severiano ROJO: « La catastrophe comme… par crimicvideo

Dans cette communication, Severiano Rojo Hernandez revient sur la fonction de la catastrophe dans le discours de Sabino Arana (1865-1903), le fondateur du nationalisme basque. Il étudie, en particulier, les représentations de l’immigration que son récit identitaire véhicule. Severiano Rojo Hernandez démontre que la migration des populations castillanes en Biscaye à la fin du XIXe siècle constitue l’événement fondateur du nationalisme basque, la catastrophe originelle. Celle-ci conduit Sabino Arana à élaborer un récit fondé sur une rhétorique de l’altérité, où le Basque et la figure de l’immigré entretiennent une relation spéculaire, qui les rend indissociables et indispensables à la cohérence du projet nationaliste basque : la création d’un Etat indépendant et théocratique, une confédération réunissant les six provinces basques et la Navarre, une nation racialement pure, à l’abri des effets “pervers” de l’immigration et de l’industrialisation.