Philippe Mesnard

Le témoin, le témoignage et leurs lieux communs

Philippe Mesnard, Professeur à l’université de Clermont-Ferrand (11h30-13h)

1 octobre 2016 | 11h30 à 13h

Institut d’Études Hispaniques

 

On exposera à travers plusieurs exemples la complexité polysémique des mots « témoin » et « témoignage », les usages qu’ils suscitent et les enjeux qu’ils concentrent. Si le témoin se trouve à l’articulation entre le dire et le voir, de quel dire s’agit-il : parole, récit, discours ? L’importance accordée au témoin oculaire et à son rapport d’attestation du visible ne finit-elle pas par en restreindre le sens ? Alors que l’on a tendance à parler du témoin, aujourd’hui très associé à sa disparition, les témoins de la Première Guerre mondiale et ceux rescapés des camps nazis ou soviétiques correspondent-ils aux mêmes usages du passé et comment s’inscrivent-ils dans la culture ? Peut-on, dans leur cas, parler d’une ou de plusieurs cultures ? Qu’en est-il de leur rapport à la société, notamment à travers leur fonction pédagogique et de transmission ? Peut-on imaginer une résistance des témoins à la mémoire ? À propos des enjeux, l’on voudra insister sur les dimensions épistémiques et épistémologiques que témoin et témoignage polarisent. Les débats autour de la question du genre reflètent ainsi qu’ils sont aussi les objets d’une tendance à la mise en ordre, au sens foucaldien, aussi bien au niveau même de la construction de la mémoire que des discours scientifiques et disciplinaires.

Cette communication sera accompagnée d’une présentation du site de l’Encyclopédie critique du témoignage et de la mémoire que l’on peut d’ores et déjà visiter à l’adresse suivante : http://memories-testimony.com, avant son accès libre fin novembre 2016.

Philippe Mesnard est professeur des Universités en littérature générale et comparée à l’Université de Clermont-Ferrand. Au CELIS (EA 4280), il dirige l’équipe « Littérature 20/21 » et l’axe transversal « La transmission, entre savoir et expérience ». Après avoir consacré plus de dix ans à l’œuvre de Maurice Blanchot, il centre sa recherche sur les témoignages et l’élaboration de la mémoire de la Shoah et des violences extrêmes en littérature et dans les arts. Parallèlement à ses fonctions universitaires, il dirige pendant cinq ans (2010-2015) la Fondation Auschwitz à Bruxelles et pendant sept ans (2008-2015) la revue Témoigner entre histoire et mémoire. Il quitte ce poste par souci d’ouvrir largement ses projets aux questions testimoniales et mémorielles. De là, naît la revue Mémoires en jeu dont le n° 1 est publié en septembre 2016. Parmi ses ouvrages, 2012 : Primo Levi. Le passage d’un témoin, Paris, Fayard (Prix de la biographie de l’Académie-Française 2012 ; Prix de la Biographie du Point 2012) ; 2008 : Primo Levi. Una vita per immagini, Venise, Marsilio; 2007 :Témoignage en résistance, Paris, Stock (en espagnol : 2010, Waldhuter, Buenos Aires).