Corps et catastrophe – Journée d’études: 6 novembre 2015

En lien avec l’axe transversal du CRIMIC Face à la catastrophe, cette journée d’étude s’attache aux effets, dans les arts visuels (la photographie, la peinture, le cinéma…), de la catastrophe intime : une réflexion sur sa mise en scène, sa tentative d’effacement, son exacerbation hystérique, sa résolution cathartique.

Organisation : CRIMIC – axe « arts visuels », REVH (Réseau d’Études Visuelles hispaniques)

Contact : jacques.terrasa@univ-sorbonne.fr

Vendredi 6 novembre 2015
Matin (9:00-12:00)

Le corps dans l’iconographie latino-américaine

Marion Gautreau (Université Toulouse 2) : « Cent ans de photographies de cadavres dans la presse : de la Révolution mexicaine à la guerre du narco »

Corinne Cristini (Université Paris-Sorbonne) : « Captations photographiques du corps souffrant. Frida Kahlo sous le regard des photographes »

Sylvie Bouffartigue (Université Versailles-Saint Quentin) : « Atado al palo… : iconographie de l’exécution de Hatuey »

Le corps filmé

Isabelle Prat (Université de Cergy-Pontoise) : « La catastrophe silencieuse : femmes, traumatisme et mutisme »

Pascale Thibaudeau (Université Paris 8-Vincennes) : « Aita et Carta al hijode José Maria de Orbe : une poétique du délabrement »

Après-midi (14:00-17:00) :

Le corps peint

Martine Heredia (CRIMIC) : « Face à la catastrophe : les corps déchirés de Manolo Millares »

Frédéric Prot (Université Bordeaux-Montaigne) : « La hantise de la cécité et sa revanche dans l’œuvre peint de Miquel Barceló : donner à voir »

Le corps photographié

Jacques Terrasa (Université Paris-Sorbonne) : « Visages et corps dans les photographies de Gabriel Ramon ou les catastrophes du Temps »

Elena Martín Ruiz (CRIMIC) : « Corps et catastrophe dans l’œuvre de David Nebreda »

Télécharger le programme

La catastrophe est étymologiquement associée à un renversement, un bouleversement ; elle est ce qui retourne, ce qui met sens dessus dessous : un malheur effroyable et brusque qui prend souvent une tournure collective (cataclysme ; sinistre causant la mort de nombreuses personnes…) ; un drame, un fléau, une calamité, bien éloignés de l’expérience silencieuse, non spectaculaire que l’on a, à certains moments de son existence, lorsque dans le miroir, l’on découvre un matin que le temps a insensiblement transformé un visage, un corps où, soudain, apparaît la mort à l’œuvre. Cette catastrophe intime — bien plus que les calamités lointaines qui portant m’émeuvent — a le pouvoir de me retourner, de me montrer l’envers des apparences ; elle est prise de conscience dumemento mori.

Elle prend souvent aussi l’allure d’une maladie grave, d’un accident corporel qui, la soudaineté en plus, ne dis pas autre chose que notre finitude. Ce ne sont parfois que les indices d’un mal (physique, mental) qui ronge à l’intérieur ; ce sont aussi les manifestations spectaculaires (accidents, blessures volontaires ou subies…) de ces déperditions du vivant aux effets monstrueux. Aussi, on ne s’étonnera pas que le sentiment que l’on associe fortement à ces catastrophes du corps soit la mélancolie et ses dérives romantiques. Nous vivons pourtant dans un monde qui s’efforce de prévoir, de rationnaliser, de circonscrire les risques, de minimiser les effets du hasard et notre liberté, pour nier (à coups de traitements esthétiques, d’effacements numériques et d’assurances multirisques) les effets de cet événement catastrophique que chacun porte sur son visage.

Cette journée d’étude se limite aux effets, dans les arts visuels (la photographie, la peinture, le cinéma…), de la catastrophe intime : une réflexion sur sa mise en scène, sa tentative d’effacement, son exacerbation hystérique, sa résolution cathartique. Avec moins d’une dizaine de participants, nous ne prétendons pas couvrir tous les aspects de cette catastrophe humanitaire qui affectera, en moins d’un siècle, plus de cinq milliards d’individus. Nous voulons tout juste livrer quelques aspects d’un renversement qui, un jour, viendra bouleverser inévitablement notre quotidien.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *